Location,TX 75035,USA

Entretien Exclusif : Bilan de la 8ème Edition du Forum du 1er Emploi avec le Président du MEDS Mbagnick DIOP

Entretien Exclusif : Bilan de la 8ème Edition du Forum du 1er Emploi avec le Président du MEDS Mbagnick DIOP

  1. Mr le président vous venez d’organiser la 8ème édition du forum du 1er  emploi les 06 et 07 décembre dernier, quel bilan tirez vous de cette édition ?

Le Forum du premier emploi lancé en 2001 par le MEDS a enregistré             « 14.000 participants en Huit  ans ». Cette année  également comme vous l’avez constaté, c’était le rush au CESAG. On peut dire, aujourd’hui que  le forum du 1er emploi a atteint l’âge de la maturité et de l’équilibre. A coté de la semaine nationale de l’emploi, le forum du 1er emploi  constitue l’un des événements promotionnels les plus importants que compte notre pays en faveur de l’emploi des jeunes. Cette  huitième édition  a été une fois encore   une occasion pour les demandeurs d’emploi  de passer des entretiens avec les chefs  d’entreprises, pour décrocher un stage, un emploi ou un contrat. Comme les deux  éditions précédentes, nous avons mis l’accent sur l’auto emploi.   

Il faut le rappeler, chaque année, environ, officiellement,  100.000 jeunes diplômés   arrivent sur le marché de l’emploi ; en réalité c’est presque 200.000 jeunes diplômés. Le secteur privé absorbe 30.000 demandeurs et l’Etat embauche entre  5000 et 10000. Du coup plus 55 000 jeunes vont grossir les rangs des chômeurs. C’est d’ailleurs à ce niveau où  le forum du 1er emploi trouve toute sa pertinence. Car il constitue  un moyen pour ces jeunes diplômés chômeurs de trouver des opportunités  d’emploi.

Le forum crée un cadre de rencontre entre demandeurs et offreurs d’emploi.  

Sur le plan de l’organisation et des résultats, nous tirons un bilan largement positif car nous avons noté la participation de plusieurs dizaines  d’entreprises, plus d’un milliers de jeunes diplômés. Maintenant avec le travail de suivi qui sera mené au niveau de la fondation emploi jeune, on aura une idée exacte sur les résultats définitifs de cette huitième édition du forum du 1er emploi.       Nous avons noté plusieurs centaines de promesses d’embauches fermes faites par les chefs d’entreprise.

Le Forum du 1er Emploi est devenu aujourd’hui un salon de référence des jeunes compétences sénégalaises. Le Forum se présente comme un cadre unique de recrutement, un lieu privilégié de rencontres d’échanges sur les opportunités d’emploi au SENEGAL.

2. L’emploi des jeunes est devenu une priorité pour le président de la république et le gouvernement, quelle lecture vous en faites, vous qui organisez le Forum du 1er Emploi depuis 8 ans ?

Comme vous le savez, le problème de l’emploi des jeunes  se trouve aujourd’hui au cœur de toutes les politiques  nationales et internationales. Et depuis quelques temps, cette question  s’est révélée comme un phénomène mondial. Et selon  les statistiques de la Banque mondiale, « 6 jeunes sur 10 de moins de 35 ans sont au chômage ».

Par exemple au Sénégal,  le constat qui a été fait, c’est qu’aujourd’hui le travail salarié est saturé, nous recevons des milliers et milliers de demandes d’emploi, nous avons une base de données avec la fondation emploi  jeune, de plus 60 milles CV, de bac +2 et  plus

Des  milliers de jeunes sont diplômés dans des secteurs complètement saturés comme les  Sciences éco, histoire, géographie, sociologie etc. ce sont  des  secteurs malheureusement  qui n’offrent plus d’emplois. Par contre si on prend des secteurs comme l’hôtellerie, le télémarketing, la restauration, le tourisme, le génie civil et les technologies de l’information et de la communication. Ce sont des secteurs qui offrent beaucoup d’opportunités, mais malheureusement, nous sommes confrontés   à  un problème d’adéquation entre la formation et l’emploi. Les offres d’emploi que nous recevons généralement, ne correspondent pas aux profils des CV  que nous disposons. C’est ainsi que nous avons décidé lors de ces trois dernières éditions, d’inciter les jeunes diplômés à l’auto emploi. Un guichet unique était  d’ailleurs ouvert  à cet effet pour orienter les jeunes qui aspirent à devenir des chefs d’entreprises, les aider à créer leurs propres boites :

C’est pourquoi nous avons mis  l’accent sur le tremplin pour l’emploi. Et nous invitons  au passage les institutions financières à accompagner ces jeunes diplômés pour qu’ils parviennent à créer leurs propres entreprises.». Voilà les raisons qui  font que nous misons sur l’auto-emploi, la formation en alternance et tremplin pour l’entreprise. C’est pourquoi à travers le forum de 1er  l’emploi, nous voulons  vulgariser le concept de « l’essaimage » ou « créer sa boîte avec l’aide de son employeur », actuellement en cours dans certains grands pays industrialisés du Nord. C’est-à-dire créer leur propre entreprise en se lançant dans l’initiative privée.
« Nous voulons  convaincre les jeunes que la meilleure garantie de l’emploi, c’est d’être son propre employeur ».

3) Dans le contexte actuel – Est-ce que entreprises sont prêtes à embaucher ?

Je tiens à préciser que si la croissance économique est indispensable, elle n’est pas forcément suffisante pour générer des emplois, en nombre suffisant, dans un pays comme le Sénégal. C’est pourquoi il faut être à mesures de produire une croissance de qualité qui requiert l’émergence  de petites et moyennes entreprises et la recherche de complémentarité entre les investissements en capital physique et les compétences des travailleurs.

C’est vrais que  ce  contexte marqué par la crise financière, ne favorise  pas l’embauche, et que  beaucoup d’entreprises sont confrontées à  difficultés,  mais la solution peut venir à plusieurs niveau, d’abord  l’Etat a un rôle fondamental à jouer pour favoriser l’épanouissement du secteur privé, et la réalisation d’une croissance élevée impliquant la dimension de l’emploi. L’Etat doit financer l’économie nationale pour permettre aux PME et PMI  de se développer et de créer des emplois. 

Le secteur privé de son coté, naturellement, doit privilégier les investissements productifs, générateurs de travail, en sélectionnant de façon judicieuse les secteurs porteurs.

Et chose extraordinaire, c’est comme si  le MEDS avait senti cette crise  venir. En visionnaire nous avons commencé depuis 2006 à véhiculer le concept de l’auto emploi. Aujourd’hui même les pouvoirs publics nous ont rejoints sur cette démarche. Il est clair que dans le contexte actuel, les entreprises n’ont plus beaucoup possibilités à embaucher. C’est pourquoi je pense que l’auto emploi constitue aujourd’hui la solution la plus crédible pour résoudre  ce problème de l’emploi des jeunes.

Pour vous dire que nous saluons l’initiative pertinente du chef de l’Etat, en prônant l’emploi des jeunes en particulier celui de la banlieue.

Il y a une  parfaite complémentarité entre le forum du 1er emploi qui est national et qui implique tous les jeunes du Sénégal, et  les TPG du président de la république et le MEDS, avec comme perspective  l’organisation,  l’année prochaine, d’un mini forum en banlieue dédié au bac moins.    

4) Le MEDS a eu une année très chargée en termes d’organisation et des rencontres. Comment faites vous pour réussir tous les challenges et les défis que vous vous assignez ?

Effectivement, en Avril 2008 nous avions organisé les assises du MEDS avec comme Thème : quel avenir  pour le patronat Sénégalais ? Un événement présidé par le Premier ministre Cheikh Aguibou soumaré.

En Mai 2008, le MEDS a organisé la quatrième édition des cauris d’or, qui est devenue un événement international avec la présence de plusieurs sommités entre autres Soumaila Cissé président de l’UEMOA, la première dame du Sénégal,  Mme Viviane Wade  et Mr Sylla président de la fédération des organisations patronales de l’Afrique de L’ouest

En Aout 2008, se sont tenues les universités d’Eté du MEDS  sous la présidence effective du Premier ministre. Nous avions à l’époque déjà anticipé sur la crise actuelle en choisissant comme thème « crise alimentaire, crise énergétique, quelle solution pour le Sénégal ?

En Septembre 2008, comme chaque année, le collectif des femmes chefs d’entreprises a organisé sa conférence nationale.

Toujours en septembre 2008, le MEDS a procédé  comme chaque année au renouvellement de nos dix bureaux basés à l’étranger avec des AG dans chaque ville : Paris Montréal, Milan, Genève, Barcelone, Australie, New York.

Septembre  2008 : le MEDS a organisé à Montréal, la 5éme édition de la diaspora des affaires avec la participation d’une dizaine d’entreprises sénégalaises, les  pouvoirs publics, les institutions internationales, et le secteur privé Canadien.

Plusieurs conventions de partenariat ont été signées à set effet.

Et moi-même j’ai été élevé à cette occasion, citoyen d’honneur de la ville de Montréal.

En Novembre  2008, s’est tenu l’atelier training, qui est un événement organisé par le mouvement des entreprises du Sénégal (MEDS). L’atelier training permet de mieux outiller les jeunes diplômés en quête d’une première expérience professionnelle en les initiant

-Aux techniques de rédaction de CV.

-Aux techniques de rédaction de lettre de motivation.

-Comment gérer le stresse.

-Comment réussir un entretien d’embauche.

-Comment avoir confiance en soi.

– Je suis offreur de service et non quémandeur d’un emploi.   

Décembre 2008 ; Comme chaque année ; à pareils moments, nous organisons le forum du 1er emploi. Un événement, qui comme les éditions précédentes, a connu un franc succès.

C’est pour vous dire que le MEDS s’investit pour perpétuer encore et toujours les valeurs de l’excellence, de la rigueur et
de la probité professionnelle.

Vous le savez le MEDS, c’est une organisation de rupture et d’innovation ; le MEDS c’est un concept, un projet de sociétés, une vision.

Nous avons fait le choix de relever aujourd’hui le défi du progré social et de la croissance économique.

Nous voulons agir dés aujourd’hui pour bâtir une société de liberté, de responsabilité et d’abondance.

Nous plaidons pour la consolidation et la valorisation des acquis.

Le Sénégal de demain que nous rêvons tous est celui qui envisage l’avenir de sa jeunesse avec confiance. Le MEDS travaille depuis bientôt une décennie pour résorber le chômage des jeunes.

C’est le travail qui fait la richesse de chacun, qui renforce la dignité de chaque citoyen, qui constitue la principale source de prospérité individuelle et collective.

Je me considère en ma qualité de Président du Mouvement des Entreprises du SENEGAL comme le porte parole des sans voix c’est dire ces milliers de jeunes diplômés en quête d’une première expérience professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *