2e Etage Imm. El hadji Niang lot n°81115 Liberté 6 Extension
+221 77 782 75 29
forumdelemploi.meds@gmail.com

Forum 2016: Discours du Président du MEDS – M. Mbagnick DIOP

Forum 2016: Discours du Président du MEDS – M. Mbagnick DIOP

Monsieur le Premier ministre,

Madame la Présidente du Haut Conseil du Dialogue Social

Madame le Ministre de la Fonction publique,

Monsieur le Ministre du Travail, du Dialogue Social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Instructions,

Monsieur le Ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction Citoyennes,

Monsieur le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique,

Mesdames, Messieurs les Représentants des Institutions Internationales,

Mesdames, Messieurs Honorables Députés,

Mesdames, Messieurs les Présidents des Organisations Professionnels et Patronales,

Messieurs les Secrétaires Généraux des Centrales Syndicales,

Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux et Nationaux,

Mesdames, Messieurs les Chefs d’Entreprises,

Messieurs les représentants du Patronat français et du Patronat guinéen,

Chers invités,

Chers Jeunes participants à la 15e édition du Forum du 1er Emploi,

Le Forum du 1er Emploi  est un espace de solidarité et d’altruisme envers la jeunesse de notre pays, et un moment d’engagement citoyen pour lutter contre le chômage, véritable calamité sociale pour toute nation ambitieuse.

Le Mouvement Des Entreprises du Sénégal qui en a pris l’initiative ne fait que manifester son appui à la Nation sénégalaise et particulièrement à sa jeunesse confrontée à ce fléau qui porte atteinte à sa dignité et à son droit au travail.

Pour toutes les Nations du monde, l’emploi est, plus qu’une aspiration légitime, un droit fondamental.

Il permet à chaque citoyen d’exprimer et d’accroitre sa dignité. Il est un bien social. Par conséquent, il doit être disponible pour tous ceux qui en sont capables, et spécifiquement pour ceux qui ont les aptitudes professionnelles et techniques.

La capacité de programmation d’une société orientée vers le bien commun et projetée vers le futur se mesure largement en fonction des perspectives d’emploi qu’elle peut offrir à sa jeunesse.

Cette responsabilité incombe à tous les acteurs de la vie économique et sociale.

C’est pourquoi, une grande joie et une immense fierté m’animent ce matin et vivifient mon esprit avec ce Forum du 1er Emploi qui est à sa quinzième année.

Notre ambition avec cette tribune est d’apporter une contribution citoyenne à la politique d’emploi menée dans notre pays et à la lutte contre le chômage qui interpelle tous les acteurs de l’économie nationale.

Monsieur le Premier ministre,

Mesdames, Messieurs les Ministres,

 Au Sénégal, le taux élevé de chômage, la présence de systèmes d’instruction obsolètes, les difficultés persistantes dans l’accès à la formation et au marché du travail, constituent, pour beaucoup de jeunes, un grand obstacle sur la route de la réalisation humaine par l’activité professionnelle.

Celui qui est sans emploi ne fait que subir les conséquences que la condition du chômage entraîne sur sa personnalité et sa dignité humaine.

Cette situation difficile mène inévitablement à une insoutenable exclusion sociale qui fait du chômeur une victime.

Dans notre pays comme dans beaucoup d’autres  pays du monde, le taux de chômage évolue en dents de scie parce que lié aux aléas de l’ordre économique.

C’est à ce titre qu’il interpelle à la fois l’Etat auquel il revient de promouvoir des politiques actives de création d’emplois par la stimulation du monde productif et le Secteur privé acteur pilote du marché mondial.

Mais  dans le contexte actuel, il apparait que la responsabilité de l’Etat est double.

 D’une part, il lui revient de régenter la vie économique selon des normes en phase avec la marche du temps et les exigences de planification,

 Et d’autre part mortifier la libre initiative des acteurs de l’économie en soutenant l’activité des Entreprises et en créant des conditions qui leur permettent d’offrir des emplois.

Face au chômage et à la complexité du marché du travail, il est, en effet, plus que jamais important d’assurer et d’assumer une bonne collaboration entre l’Etat et les Entreprises pour une lutte inlassable contre le chômage.

Nous sommes, dans cette perspective, très confiants en raison de la grande volonté du Président de la République et de la disposition manifestée par le gouvernement dont je salue la présence du Premier ministre et de ministres incontournables dans la politique d’emploi menée par le Chef de l’Etat.

Je suis personnellement d’autant plus rassuré que la  politique d’avant-garde et d’anticipation inscrite au cœur du P. S. E. (Plan Sénégal Emergent) , dont l’une des vocations est la création accrue d’emplois, conforte et réconforte les animateurs du Secteur privé.

Le Président de la République, Monsieur Macky Sall en abordant la dimension humaine et sociale du PSE qu’il considère comme un socle de protection sociale pour les couches vulnérables au Sénégal déclarait « qu’en raison de la solidarité inclusive que le PSE promeut, aucun sénégalais ne doit être laissé au bord de la route ».

Dans le même ordre d’idée, la Banque Mondiale louait la dimension sociale du PSE (avec l’extension de la protection sociale du Gouvernement grâce à la couverture maladie universelle – CMU et la Bourse de solidarité familiale) en déclarant que : « le PSE était un instrument stratégique de réduction des inégalités » et que « la marginalisation d’une frange de la population qui ne bénéficie pas d’un partage équitable des richesses est une menace à ne pas ignorer ».

Cependant, le Représentant de la BM évoquait quelques limites du plan : « les efforts salutaires du Gouvernement ne sont pas suffisants car il faut une croissance dans les secteurs créateurs d’emplois, y compris le secteur informel ainsi que le secteur agricole ».

Le secteur privé était dés lors invité aux côtés de l’Etat à mener un même combat pour la lutte contre le chômage.

Le MEDS s’inscrivant dans une démarche de responsabilité sociétale à travers le Forum du                         1er Emploi, organise sa quinzième édition en apportant des innovations majeures au contenu de l’évènement avec :

  • La diversification du Forum :
  • lancement du Business School Delivery qui récompense les meilleurs projets de jeunes diplômés ;
  • installation d’un Guichet Unique par l’APIX pour la concrétisation par certains jeunes de leurs projets avec la création de leur entreprise en 48 heures ;
  • ouverture de compte simultanée par le CMS au profit du jeune promoteur ;
  • l’initiation et la sensibilisation des jeunes  au développement du leadership et le mentorat;
  • participation de la Police, de la Douane et des Forces Armées ;
  • Ouverture du Forum à l’étranger :
  • invitation de jeunes français par le biais de Pass Emploi Service, une structure française
  • participation d’un cabinet français spécialisé dans l’accompagnement des petites et moyennes entreprises
  • participation d’un Grand Cabinet d’affaires français pour encadrer et offrir des bourses de formation aux jeunes demandeurs d’emploi.

Le Forum du 1er Emploi s’inscrit dans cette dynamique et n’en démord pas.

La lutte contre le chômage est la préoccupation majeure des Etats parce qu’étant une revendication légitime des peuples, et particulièrement des jeunes.

Les Nations les plus développées sont alarmées par des sommations massives de citoyens qui revendiquent le plein emploi, seul gage de stabilité sociale.

 Mais face à cette requête du plein emploi, l’ordre économique mondial commande un engagement général de tous les acteurs du marché du travail assujetti aux règles et conventions de l’offre et de la demande.

L’Entreprise, devant ce défi mondial, joue à la fois un rôle d’acteur et d’instigateur.

 Mais pour le M.E.D.S. qui organise ce Forum du 1er Emploi, l’Entreprise qui donne du travail n’est efficace et efficiente que si elle se caractérise par sa capacité de servir le bien commun de la société grâce à la production de biens et de services.

Je dis bien servir le bien commun car il est le fondement de la République, fruit du labeur des générations qui se succèdent.

Mais, au-delà même de cette fonction typiquement économique, l’Entreprise pour laquelle et au nom de laquelle ce Forum du 1er Emploi est organisé remplit une fonction éminemment sociale.

Pour bien jouer son rôle, elle a, en conséquence, besoin d’opportunités de rencontre, de collaboration et de mise en valeur des capacités professionnelles de la jeunesse.

C’est justement pour cette raison que le Forum du 1er Emploi a la vocation d’être une institution identifiable à un grenier de formation, d’orientation, de demande et d’offres d’emploi.

Ce Forum œuvre à donner aux jeunes demandeurs d’emplois la possibilité de rencontrer des employeurs, des chefs d’Entreprises et autres managers qui peuvent leur offrir une chance, celle du premier contact de travail et de stage.

Mais, Mesdames, Messieurs, l’obtention d’un emploi ou son maintien dépend surtout des capacités professionnelles.

C’est pourquoi, durant ces moments de contacts          et de rencontres pour l’emploi, le M.E.D.S. accorde une place essentielle à la formation technique nécessaire pour la formulation d’une demande d’emploi et le remplissage des fonctions requises à cet effet.

Amener le demandeur d’emploi à agir de manière autonome en acquérant des outils essentiels qui lui permettent de bien se situer au cœur du réseau des liens techniques, commerciaux et financiers qui structure la réalité moderne de l’Entreprise est l’une des vocations du Forum du 1ère Emploi.

Le Forum du 1er emploi se veut une école de formation, de stimulation et d’orientation des jeunes en quête du premier emploi.

Cette formation que nous dispensons est gratuite. Elle s’inscrit dans un élan de solidarité citoyenne et de participation à la lutte contre le chômage.

A partir du faire-savoir, le Forum donne un savoir-faire sans lequel une activité professionnelle devient illusoire.

Dans tout pays, le demandeur d’emploi a, en effet, besoin de s’adapter aux normes et aux exigences de l’Entreprise qu’il sollicite.

La conformité aux normes juridiques, le respect des principes fondamentaux qui rendent attrayant son profil et la mise en valeur des capacités professionnelles sont indispensables à l’accès à l’emploi. En clair l’employabilité.

Monsieur le Premier ministre,

Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction des Valeurs citoyennes,

Je salue votre dévouement dans la mission qui vous est confiée. Votre action ministérielle relève d’un bel esprit d’innovation dont je loue la pertinence et l’originalité.

En mettant la promotion de la Jeunesse en synergie avec la politique d’emploi, le Président de la République inscrit son action dans le sillage de la justice sociale. Vous prenez intelligemment en charge sa préoccupation majeure qui est de donner aux jeunes de notre pays des raisons d’espérer.

Je vous en félicite.

La chance du Sénégal est d’être une société de civilisation orale qui s’accommode de ces valeurs de cohérence et d’efficacité.

Ces valeurs sont stimulées et entretenues par le dialogue, vertu de gouvernance que le Président de la République a su élever au rang d’institution par la création du Haut Conseil du Dialogue social dont je salue la présence de la Présidente.

Le dialogue social galvanise la création d’emploi. Il exhorte l’esprit de discernement dans le fonctionnement de tout système démocratique. Le Forum du 1er Emploi s’inscrit également dans cette perspective.

Par la rencontre et le dialogue, il aide à la distinction entre l’ordre légal, l’ordre moral et l’ordre professionnel pour une société stable et volontairement progressiste.

Je remercie, dans cette ornière, la Présidente du Haut Conseil du Dialogue social pour sa disponibilité et sa sollicitude.

C’est pourquoi ce Haut Conseil est un support de bonne gouvernance et un auxiliaire de concertation entre l’Etat, les Organisations professionnelles et les Entreprises comme d’ailleurs le Conseil Economique, Social et Environnemental dont je suis membre.

Le sens du bien commun et l’esprit d’écoute du Ministre du Travail, du Dialogue Social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions mon ami et frère Monsieur Mansour SY est, aussi bien pour l’Etat que pour le Secteur privé, un atout majeur pour un monde du travail stable qui participe à l’émergence.

Cette émergence trouve en la recherche scientifique un moyen d’innovation et de créativité par la stimulation des capacités d’imagination fomentées dans les écoles de formation professionnelle qui sont des silos inépuisables de savoir-faire.

Monsieur le Premier ministre

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Madame la Présidente du Haut Conseil du Dialogue Social,

Chers Invités,

Ce Forum est la contribution citoyenne du MEDS à la promotion sociale de la jeunesse du Sénégal en  quête permanente d’appointements. C’est parce que l’emploi est le défi majeur de la société contemporaine qu’il est de la responsabilité aussi bien de l’Etat que du Secteur privé de trouver les moyens productifs d’en concevoir.

D’ailleurs, le problème d’emplois n’épargne aucun pays du monde. Chaque système économique, du plus performant au moins compétitif, est confronté à un taux de chômage à toujours juguler.

La présence de partenaire français et guinéen en ce Forum traduit l’ouverture du MEDS à l’Afrique et à l’Europe parce qu’ayant la haute conscience de l’interdépendance et de la nécessité de collaboration  qu’impose le marché du travail soumis aux normes de l’internationalisation de l’économie.

Monsieur le Premier ministre,

Mesdames, Messieurs,

Vous conviendrez avec moi qu’une société dans laquelle le chômage est massif et permanent, l’emploi déprécié et où la situation économique ne permet pas d’atteindre des niveaux  d’emploi satisfaisants ne peut ni obtenir sa légitimation éthique, ni assurer la paix sociale.

C’est parce que nous en sommes conscients que nous organisons ce Forum du 1ère Emploi au bénéfice de la jeunesse de notre pays, une jeunesse qui est un véritable creuset d’énergies et d’intelligences et dont le seul besoin est de voir une perche lui être tendue pour faire éclore ses talents et jouir de la plénitude de sa dignité.

Dans ce sacerdoce, nous avons pleinement bénéficié de l’appui des autorités d’Etat, des autorités qui ont la conscience absolue que la politique d’emplois est un véritable challenge pour les sociétés contemporaines.

Monsieur le Premier Ministre, vous avez déclarée 2016 Année de l’emploi.

Je vous en félicite et vous exhorte à lancer un plan d’urgence à l’emploi. L’enjeu c’est de saisir les nouvelles opportunités liées aux secteurs en expansion : le numérique, la transition énergétique, le bâtiment, la sécurité, le tourisme, les services.

Orientée aussi la formation des demandeurs d’emploi vers la création d’entreprises et des moyens nouveaux doivent être dégagés à cette fin.

L’apprentissage doit être aussi une grande priorité.

L’emploi, c’est le salariat mais aussi l’entreprenariat. De nouvelles chances doivent être données à tous. Pour beaucoup de jeunes, il est plus facile de trouver un client que de trouver un employeur.

Développer le travail indépendant et la création d’entreprise, ce n’est pas mettre en cause le travail salarié. C’est donner à celles et ceux qui ne trouvent pas de débouchées une voie supplémentaire d’entrer sur le marché du travail et de réussir leur vie.

Sur le terrain de l’emploi, nous avons en partage une même exigence :

Redonner confiance et espoir. C’est pourquoi je vous invite dans l’urgence, mais aussi dans la durée, à construire un modèle économique et social pour demain. Il appelle des choix volontaires, supplémentaires et solidaires.

Volontaires car pour l’emploi, l’engagement doit être total. Supplémentaires car il faut rajouter au rétablissement de la compétitivité des Entreprises, un soutien à la compétence des personnes par la formation professionnelle et la réforme du code du travail si nécessaire.

La lutte contre le chômage reste la première priorité. Il faut un électrochoc et un vrai traitement économique de l’emploi. Il faut redynamiser le financement des entreprises et travailler sur les nouvelles formes d’emplois, notamment dans le numérique, le médical, l’économie verte, la transition énergétique, entre autres……

Heureusement, le nôtre s’y met avec une volonté politique réelle, une vision claire et une ambition avérée dont je voudrais ici louer la teneur et l’ardeur.

La présence du Premier ministre et celle des ministres ici présents attisent  notre engagement.

Elles exaltent notre volonté de jouer un rôle prépondérant dans la politique d’emploi que mène l’Etat du Sénégal.

Je voudrais avant de conclure rendre un hommage appuyé à mon ami et frère Monsieur le Premier Ministre Mahammad Boun Abdallah DIONNE qui nous a toujours témoigné de sa disponibilité, de son soutien constant, de sa générosité d’esprit et de son ouverture.

Homme compétent et engagé, Monsieur le Premier Ministre sait dissocier l’essentiel de l’accessoire. Ayant le privilège de le côtoyer régulièrement, je découvre en lui le prototype du Sénégalais nouveau dont nous avons besoin pour faire avancer ce pays. Votre présence ici ce matin, pour présider la cérémonie officielle d’ouverture nous honore et nous réjouit.

Vous avez réussi à donner à l’action citoyenne et politique un souffle nouveau en plaçant l’éthique, la justice et l’égalité au cœur de votre engagement.

Merci Monsieur le Premier Ministre.

Je voudrais aussi remercier toutes les autorités d’Etat, les personnalités institutionnelles et les partenaires du M.D.E.S pour leur présence, leur appui et leur contribution technique et morale dans l’action que nous menons.

J’exhorte les jeunes en activité professionnelle à donner le plus d’eux-mêmes pour le triomphe de leurs services.

J’encourage ceux qui sont en quête d’emploi à s’armer de courage et d’engagement à intégrer le monde actif et productif.

La formation et l’emploi sont consubstantiels.

Ce Forum est un lieu où l’une et l’autre s’unissent et se confondent pour aider à l’affirmation et au raffermissement de la dignité humaine par une activité productrice de revenus.

Plus qu’une tribune, il est un espace de formation et de fermentation d’aptitudes professionnelles. Il est un lieu qui attise l’espoir, fortifie la confiance en soi et porte de l’avant.

Pour terminer, je voudrais dire à tous les jeunes présents dans cette salle que je leur souhaite du fond du cœur de trouver durant ce forum la satisfaction de leurs attentes. Surtout, n’oublions pas que l’action de chacune et de chacun d’entre nous fera le succès de tous.

Bon Forum à toutes et à tous !

 Je vous remercie de votre aimable attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *