2e Etage Imm. El hadji Niang lot n°81115 Liberté 6 Extension
+221 77 782 75 29
forumdelemploi.meds@gmail.com

Forum 2020: Discours du Président Mbagnick DIOP

Forum 2020: Discours du Président Mbagnick DIOP

  • Monsieur le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République
  • Monsieur le Ministre de l’Education Nationale
  • Monsieur le Ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et de L’Artisanat
  • Mesdames, Messieurs les Chefs d’entreprises,
  • Monsieur le Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Dakar
  • Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux et Nationaux
  • Excellences Messieurs les Ambassadeurs
  •  Honorables députés,
  • Honorables conseillers du CESE
  • Mesdames, Messieurs.
  • Chers invités,
  • Chers « Forumistes »,

En ce début de décennie 2020, le MEDS à  une très grande satisfaction et fierté de réunir d’éminents  Experts Sénégalais et Internationaux, pour plancher sur les grands défis de l’Emploi Jeunes dans l’Economie du Savoir.

Dans notre société du Savoir actuelle, le MEDS a le devoir de fournir des livrables pour mieux adapter et accompagner la démarche de nos jeunes, vers l’accès à l’emploi durable et innovant.

Pour cette 20eme édition, le MEDS a accentué sa  réflexion d’Intelligence prospective vers un grand bouleversement de nos certitudes, face à une nouvelle Economie disruptive. Ces nouvelles transformations ont impacté le monde du travail et de nouveaux  métiers ont vu le jour.

Nos recherches de cette année, sont orientées sur le thème du Défis de l’emploi-jeunes dans l’Economie du Savoir.

La compréhension et la maitrise de l’économie de la connaissance, nous apporte une excellente lecture des nouvelles grilles d’opportunités et un accès significatif à l’employabilité des jeunes, dans une nouvelle économie disruptive en Afrique, dont sa jeunesse représente près de 70% de la population et 32% de la population active en Afrique sub-saharienne.

A cet égard, la valorisation du capital humain est au centre de la démarche du PSE. L’axe 2 du document est ainsi formulé «capital humain, protection sociale et développement durable ».

La valorisation du capital humain à travers l’emploi des jeunes est un vrai phénomène de société global, qui n’épargne aucun diplômé et interpelle l’ensemble des acteurs de la vie économique, éducative, politique et sociale. Elle pose de façon lancinante la question de l’intégration socio-professionnelle des jeunes générations, à s’installer dans la continuité des processus de reproduction sociale.

Cependant, de nombreuses ruptures apparaissent, tant au niveau des systèmes d’insertion, éducatives, que dans les capacités de nos économies à générer des emplois innovants et assurer les solidarités intergénérationnelles.

Mesdames, Messieurs,

Le MEDS, dont l’un des objectifs principaux est de contribuer à l’employabilité des jeunes par des actions ciblées de sensibilisation, de formation professionnelle et de renforcement des capacités entrepreneuriales, qui entre largement dans son programme d’encadrement et d’accompagnement des jeunes vers les nouveaux emplois de la nouvelle Economie .

 Un large soutien à la création d’emplois dans les secteurs innovants, à la fois qualitatifs et durables, est une riposte efficace aux difficultés engendrées sur le continent par l’exclusion économique et sociale, la marginalisation et les situations structurelles d’inégalité, qui sont considérées comme de la migration interafricaine et internationale.

Le MEDS intensifie et innove ses efforts d’innovation depuis 20 ans, afin de lutter efficacement contre le chômage et d’encourager la création d’emplois innovants, notamment pour les jeunes et tous ceux, qui ont été le plus touchés par la crise de l’emploi.

Mesdames, Messieurs,                           

Pour répondre aujourd’hui avec efficacité, nous devons avoir des stratégies innovantes et durables, orientées sur les réalités de nos programmes éducatifs et de développement nationaux et régionaux.

Avec un début de la transformation structurelle de notre économie vers une économie basée sur la connaissance, la progression enregistrée par la croissance du PIB est réelle depuis la mise en œuvre du PSE. Cette progression s’est confirmée avec une croissance de 6,9% en 2019. Cette dynamique est soutenue par les investissements dans les secteurs productifs et les infrastructures, avec notamment l’équipement et la modernisation de l’agriculture, les aménagements hydro-agricoles, par la perspective de la maîtrise de l’eau, la construction, la réhabilitation de routes et la transformation structurelle de notre économie, qui innove le secteur primaire et renforce l’industrialisation et pose les jalons de l’économie de la connaissance, vers les secteurs stratégiques des TIC, Himo, Numa, Transformation Digitale, etc.

Il s’agira dans ce contexte, d’explorer de façon soutenue, les gisements de valeur ajoutée éducative, de métiers et d’emplois non encore suffisamment exploités, en particulier dans les secteurs de la transformation digitale, du Numérique, des H.I.M.O (Travail à Haute Intensité de Main d’Œuvre) comme l’Economie Vert et les NUMA(Numérique et Humain),le Biomimétisme (définit comme une nouvelle ingénierie de biodiversité inspirée  du  vivant,  offrant  un cadre conceptuel propice à l’innovation technologique de rupture) et l’économie Bleu (Blu Economy), l’Economie Orange (Industrie Culturelle), à savoir:

  • le prolongement des processus de transformation significative dans nos pays producteurs de matières premières vers la production de connaissances à haute valeur ajoutée (Réf, pétrole/gaz avec le développement d’un contenu local de haut niveau)
  • la valorisation des ressources de l’économie tertiaire, des intangibles, en particulier celle des services aux entreprises et aux personnes,
  • la promotion de l’économie verte, Biomimétisme et des emplois verts,
  • la valorisation des ressources de l’économie Bleu, en particulier dans le domaine des technologies

Mesdames, Messieurs,

  • L’Economie de la Connaissance à une incidence très significative au niveau des entreprises, des lieux de travail, du marché de travail, des territoires dans un système durable axé sur le travail décent et innovant.

Cette transformation structurelle de l’économie a renforcé les emplois verts, qui réduisent l’impact négatif sur l’environnement et finalement conduisent les entreprises vers des économies socialement durables.

Plus précisément, les emplois durables de l’économie verte sont des emplois à valeur ajoutée, puisqu’ils contribuent à la transformation structurelle de l’économie, afin de:

­­- Réduire la consommation d’énergie et de matières premières

– Limiter les émissions de gaz à effet de serre

– Réduire les déchets et la pollution

– Protéger et restaurer les écosystèmes

  • Pour illustrer mes propos sur cet exemple d’économie verte, je citerai le cas du Sénégal, qui a déjà créé plus de 1000 emplois verts et projette un objectif de plus de 5000 emplois à court terme, avec le Programme de Renforcement des Acquis (Prca), réalisé en partenariat avec la Coopération Néerlandaise.
  • Il est basé sur le principe de l’auto-emploi et vise à accompagner les populations bénéficiaires dans l’exécution de leurs projets.

Les emplois innovants et structurants  de l’économie de la connaissance sont au cœur du développement durable et apportent une réponse aux enjeux mondiaux de la protection de l’environnement, du développement économique et de l’inclusion sociale.

Cependant, nous ne devons pas perdre de vue, que dans l’Economie de la connaissance, la numérisation, le développement continu des technologies, les évolutions démographiques et les préoccupations écologiques transforment les métiers actuels et sont sources de plusieurs milliers d’emplois.

  • Ces mutations sociétales contribuent aussi à l’apparition de nouvelles compétences portées par la génération Y et à la formation en devenir de métiers inédits, que pratiqueront dans la prochaine décennie, les purs « Digital Natives » de la génération Z.

On appelle «Digital Natives», la «nouvelle génération silencieuse» ou tout simplement la génération «Z». Une grande partie de cette tranche d’âge, née entre 1995 et 2009, qui commence à entrer sur le marché du travail des nouveaux métiers de la nouvelle économie.

Mesdames, Messieurs

En conclusion, nous devons absolument changer de paradigme et adapter, orienter notre système éducatif, nos métiers, en somme toute notre économie vers  une base de connaissances durables.

Nous prendrons la République de Corée comme benchmark. Ce petit pays d’Asie à su se hisser au top five(5) des meilleures économies intelligentes et de système éducatif, au niveau mondial. Elle est le seul pays au monde à détenir un Ministère dédié à l’Economie de la Connaissance.

Toute la croissance de et l’économie de ce pays est axée sur la Connaissance, comme modèle de développement durable.

Nous devons essayer, tous ensemble, de miser sur ces nouvelles perspectives pour mieux comprendre, s’approprier l’étendu de l’économie du savoir et l’adapter à notre politique d’émergence économique, le PSE, afin de mieux renforcer et valoriser l’employabilité des jeunes.

Nous pouvons créer plusieurs milliers d’emplois à très court terme, si nous exploitons toutes les différentes composantes de l’Economie de la Connaissance: Education, Digitalisation, Intelligence Economique, Intelligence Artificielle, Economie vert, Transformation Digitale, Biomimétisme, Himo, Numa, Economie Bleu, etc.

Il nous faut comprendre les nouveaux enjeux économiques et s’y adapter. Dans le cadre actuel de mondialisation de la production, de la globalisation financière, la digitalisation et l’interconnexion du monde actuel, la réussite de toutes initiatives et programmes d’insertions des jeunes est forcément dans l’interaction du rôle des technologies, des partenaires au développement, des partenaires sociaux et de la société civile.

Avant de conclure, je voudrai remercier le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République et l’ensemble des ministres du gouvernement ici présents. En présidant cette 19ème édition du Forum du 1er Emploi, vous exprimez la solidité de la politique d’emploi menée par le Président de la République.

Homme de défis prêt à soulever des montagnes pour tracer la voie, loyal, probe et d’une intégrité qui force le respect, vous avez, Monsieur le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République, apporté un coup de main à une initiative patriotique.

Au Président de la République, nous vous prions de transmettre nos salutations respectueuses et amicales pour l’humaine vision qui anime son action publique et son soutien constant au forum du 1er emploi.

Le MEDS référencé comme l’une des Organisations Patronales nationales, s’impliquant dans toutes les initiatives et programmes d’employabilité des jeunes  depuis 20ans. Toutes ses actions accomplies, deviennent aujourd’hui, une référence centrale, à travers la production de connaissances, l’innovation, les actions sur le terrain, mais aussi par son implication directe dans l’évaluation des politiques publiques, en direction de l’innovation, l’orientation et l’insertion et l’emploi des jeunes.

Dans cet ordre de responsabilité, tous les partenaires économiques, éducatifs, sociaux et les organisations de la société civile, ont une large perspective d’action, qui doit les installer comme un partenaire primordial des pouvoirs publics dans la riposte globale de l’emploi des jeunes et un ancrage dans toutes les opportunités d’une Economie de la Connaissance.

Je vous remercie très sincèrement de votre écoute active et attentive. Je vous souhaite un excellent succès dans vos trajectoires personnelles et surtout vers un emploi durable dans l’Economie de la Connaissance.  

MBagnick DIOP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *